Tous les acteurs voient leur crédibilité baisser

SVG 

Par rapport à 2018, la crédibilité de tous les acteurs de la santé accuse un fléchissement. Les citoyens placent les médecins en tête (moyenne obtenue 7.2, −0.5) devant les hôpitaux et les cliniques (6.5, −0.6).

Les sympathisants du PLR attribuent au corps médical des notes plus élevées que la moyenne (7.6). Il en va de même des parents d’enfants de moins de 18 ans et des Tessinois (7.5 à chaque fois). Les personnes âgées de 18 à 29 ans sont en revanche plus sévères que la moyenne (6.9), comme celles qui ont un bas niveau de formation (6.6) ou un faible revenu (6.7). Les Suisses italiens ont le plus tendance à considérer que les hôpitaux et les cliniques sont particulièrement crédibles (8.1), les parents d’enfants mineurs également (6.8). Les personnes vivant à la campagne, les sympathisants UDC (6.2 dans les deux cas) et ceux qui ont un faible revenu (6.1) octroient aux hôpitaux des notes inférieures à la moyenne.

Les caisses maladie sont également considérées comme moins crédibles que l’an dernier (5.7, −0.6), à égalité avec «les personnes comme vous et moi» (5.7, −0.1).

Les Tessinois évaluent la crédibilité des caisses maladie (6.7) et des «personnes comme vous et moi» (6.9) plus positivement que la moyenne. Les sympathisants PDC attribuent également des notes plus élevées que la moyenne aux caisses maladie (6.0), alors que les personnes n’affichant pas d’affinités partisantes et celles qui ont peu de formation sont plus négatives que la moyenne envers les caisses (5.2 dans les deux cas). «Les personnes comme vous et moi» se voient accorder une crédibilité plus grande que la moyenne par les sondés qui se situent à gauche de l’échiquier politique et par ceux dont le revenu se trouve entre 7'000 et 9'000 francs (6.0 à chaque fois). A l’autre extrême, les Romands (5.1) et les sympathisants du PDC (5.4) doutent davantage que la moyenne de la crédibilité des «personnes comme vous et moi».