Partenaires tarifaires davantage à contribution

SVG 

Les réponses à la question du (co)pilotage des coûts montrent que les citoyens craignent que les cantons endossent un rôle trop important dans la santé. Si 52% des personnes interrogées continuent de penser que les cantons ont leur mot à dire, ce qui fait d’eux les acteurs principalement cités, cette proportion est en recul de 22 points de pour-cent par rapport à 2018.

Les sympathisants du PDC (61%) et les habitants des grandes agglomérations (60%) sont les plus favorables à une codécision des cantons.

Près de la moitié des sondés (48%, +3) trouvent envisageable que la Confédération participe au pilotage des coûts. Les Romands y sont les plus favorables (71%). Et c’est dans les rangs du PS (58%) et du PDC (55%) que le copilotage des coûts par la Confédération rencontre le plus de sympathie.

Les citoyens sont par ailleurs moins réticents (42%, +12) qu’auparavant à estimer que les partenaires tarifaires doivent participer aux décisions. Les plus favorables à ce que les hôpitaux et les cliniques ainsi que les caisses maladie aient donc voix au chapitre sont les sondés âgés de 30 à 39 ans ainsi que de 60 à 69 ans (49% dans les deux cas), les Tessinois et les hommes (48% dans les deux cas) ainsi que les proches de l’UDC (46%).