Par rapport au produit intérieur brut, les coûts de la santé évoluent par vagues

TIFF  PNG  JPG

Entre 2000 et 2015, la part des dépenses de la santé au produit intérieur brut (PIB) est passée de 9,9% (en 2000) à 12,1% (en 2015). Comparée à l’évolution de l’ensemble de l’économie, la progression des coûts de la santé n’a pas été linéaire, mais s’est plutôt effectuée par vagues.

Les coûts du secteur stationnaire (hôpitaux, cliniques, institutions de soins) et des hôpitaux et cliniques seul ont évolué en parallèle. La part de ces derniers au PIB a oscillé entre 3,2% (2000) et 4,2% (2015).

Dans la santé, la demande en prestations dépend jusqu’à un certain point de la conjoncture économique en général, mais elle exerce aussi un effet sur cette conjoncture. En 2009 par exemple, la demande croissante de prestations de la santé dans une période de recul du PIB a provoqué une forte hausse de la part des coûts de la santé à cet indicateur. En 2010 en revanche, le ralentissement de la hausse des salaires a eu un effet modérateur, tant sur les coûts que sur la demande de prestations.

En 2015, l’OFS a modifié sa méthode de calcul concernant les dépenses de la santé. Cela explique pour une grande part la forte modification des pourcentages.