Courte majorité en faveur d’un pilotage politique des coûts

SVG 

Le pilotage des coûts de la santé par les autorités politiques reste soutenu par une majorité des citoyens (52%). Mais en une année, cette proportion a diminué de 14%, tandis que le mouvement inverse est observé pour le rôle laissé au marché (39%, +14%).

En Suisse romande, 71% des sondés souhaitent un pilotage politique, ce qui est notablement plus qu’en Suisse alémanique (47%) et italienne (44%).

Plus le revenu des répondants est élevé, plus ils soutiennent le pilotage politique. Les personnes interrogées dont les salaires vont de 7'000 à 9'000 francs (59%) ou dépassent 9'000 francs (58%) sont plus favorables au pilotage politique que celles gagnant jusqu’à 3'000 francs (29%) ou entre 3'000 et 5'000 francs (42%).

Une majorité des sondés qui se déclarent proches de l’un des quatre grands partis sont favorables au pilotage politique. Les sympathisants du PDC vont le plus en ce sens (63%). Suivent le PS et le PLR (58% dans les deux cas), ainsi que l’UDC (53%). Les personnes qui n’ont pas d’affinités partisanes sont 46% à vouloir laisser l’évolution des coûts au marché, alors que 36% souhaitent un pilotage politique.