Un citoyen sur cinq renonce à un hôpital en raison de mauvais échos

SVG  PNG  JPG

Dans la recherche d’informations, les sites Web indépendants (29%, −1) sont beaucoup moins souvent consultés que les officiels (47%, +7). En Suisse francophone, les premiers sont visités davantage que la moyenne (47%). C’est le cas aussi des personnes n’ayant eu ni traitement ni contrôle au cours des douze derniers mois (47%), de celles qui ont des enfants mineurs (45%), des habitants de Suisse italienne (43%), des personnes âgées de 40 à 49 ans (42%), de celles qui ont une formation élevée (41%), des 18-29 ans (39%) et des habitants des grandes agglomérations (37%).

19% (+1) des citoyens déclarent avoir renoncé à un hôpital ou à une clinique au motif qu’ils en auraient eu de mauvais échos. Les personnes sans attaches partisanes (39%) l’ont fait plus que la moyenne. C’est le cas aussi de celles qui ont un revenu moyen (27%), des Suisses italiens (25%) et des citoyens très bien formés (24%).