Moindre volonté d’économiser sur la psychiatrie, la réadaptation et les spécialistes

SVG  PNG  JPG

Dans tous les domaines, plus de 50% des citoyens souhaitent que les mêmes moyens financiers soient consacrés aux fournisseurs de prestations (lire également Répartition des finances 1).

Pour les hôpitaux de prise en charge centralisée (12% de «plus» et 8% de «moins»), les hôpitaux universitaires (15% et 15%) et les cliniques de réadaptation (14% et 17%), la balance est à peu près équilibrée entre les «plus» et les «moins».

La volonté de serrer la ceinture prédomine nettement celle de donner davantage dans le cas des institutions psychiatriques (16% de «plus» et 25% de «moins»). Dans une moindre mesure, il en va de même pour les spécialistes en cabinet (13% et 18%).

Par rapport à l’an dernier, la différence entre les «plus» et les «moins» est positive pour les hôpitaux de prise en charge centralisée (+4, modification de –3 par rapport à 2017). Tant à court qu’à long terme, la tendance est au recul. Pour les hôpitaux universitaires, les avis s’équilibrent (±0, +7), mais les citoyens plaident ici plutôt pour davantage de ressources.

Les «plus» et les «moins» se rapprochent à nouveau lentement pour les institutions psychiatriques (–9, +17), les spécialistes en cabinet (–5, +12) et les cliniques de réadaptation (–3, +9), alors qu’en 2017 l’envie de faire des économies dans ces domaines avait nettement augmenté.