La qualité ne justifie plus les coûts élevés

SVG 

L’un des principaux résultats du sondage 2019 est le tournant opéré sur la qualité, qui n’est plus la seule priorité. Si elle reste le critère principal au moment de choisir un hôpital ou une clinique, elle ne revêt plus la même importance pour plusieurs domaines, lorsqu’il est question du contexte hospitalier en général.

Ce mouvement de balancier est peut-être amplifié et pourrait n’être que temporaire. Il indique néanmoins que, lorsque l’on se concentre sur la qualité, il ne faut pas perdre de vue d’autres facteurs, tels que les coûts.

La tendance à une moindre focalisation sur la qualité s’illustre en particulier au sujet de la justification des coûts élevés. Si l’an dernier deux tiers des personnes interrogées estimaient qu’une grande qualité pouvait expliquer des coûts importants, la proportion a chuté à 42% («entièrement d'accord» et «plutôt d’accord», −24). Une majorité des sondés âgés de 18 à 29 ans (54%), des Tessinois et des citoyens qui se situent à la gauche de l’échiquier politique (51% dans les deux cas) continuent de trouver que la qualité justifie les coûts élevés.

Plus de la moitié des répondants (57%, −9) restent par ailleurs sur la même ligne concernant la pression des coûts et pensent qu’elle conduit à une baisse de la qualité des hôpitaux et des cliniques: cette crainte est particulièrement vive parmi ceux qui se situent à gauche (71%), chez les 18 à 29 ans (65%), dans les grandes agglomérations (63%), parmi les personnes ayant un bon niveau de formation et en Suisse romande (62% dans les deux cas).